Aurores boréales dans le ciel du Comminges

Des éruptions solaires particulièrement puissantes (voir l’article précedant) ont frappé la Terre vendredi soir 9 mai 2024. Cette tempête, la plus grande depuis 21 ans, a pu être observée dans le ciel du Comminges comme ailleurs en France. Les photos ci-dessus ont été prises à Saint-Médard (31) avec des téléphones portables par Tore (à gauche) et par Michèle (â droite) un peu après minuit. Cliquer sur les images pour les agrandir.

Eruptions solaires spectaculaires

Le Soleil approche déjà de son maximum d’activité. Il y a des signes qui ne trompent pas. Ces derniers jours, deux grandes taches, appelées numéros 3664 et 3668 (voir l’illustration ci-dessus, à gauche – cliquer pour agrandir), sont passées de l’est à l’ouest sur le disque solaire. À plusieures reprises, elles ont géneré d’énormes éruptions à la surface (sur la photosphère). Des jets de matière ionisée ont été projetés a travers la chromosphère (à droite, photo prise par Tore) et la couronne vers l’espace en direction de la Terre, provoquant plus tard des aurores boréales exceptionnelles.

Les images ci-dessus, prises par Pierre (à gauche) et Tore (à droite) le matin du 9 mai, montrent les taches juste avant et pendant une des ces éruptions.

Pollution spatiale

On estime aujourd’hui que plus de 4.000 objets artificiels tournent autour de la Terre. Un chiffre qui va considérablement augmenter avec la multiplication des nouvelles constellations de satellites, comme le réseau StarLink d’Elon Musk. Les images ci-dessus de la galaxie du Tournesol (M63), prises par le Club le 9 mai 2024, montrent bien comment cela a dèjá des conséquences pour l’astrophotographie. Sur 24 images, chacune de 3 minutes de pose, 12 ont été abîmées par les passages des satellites! Le lendemain, pendant les 60 minutes où on a photographié la galaxie du Sombrero (M104), 5 images sur les 20 prises ont presenté des traînées lumineuses.

Deux couches du Soleil actif

À gauche, la photosphère – la ‘surface’ du Soleil – photographiée en lumière visible par Pierre à Loures-Barousse le matin du 19 avril 2024. À droite, la chromosphère – la couche plus haute, plus chaude et plus active – photographièe en lumière H-alpha par Tore à Latoue quelques heures plus tard. Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Le Soleil change de rythme tous les 11 ans environ. Son activité augmente ou diminue, avec des conséquences pour la Terre. Pour le cycle actuel, le point culminant de son activité, appelé maximum solaire, devrait arriver en 2024 ou début 2025. Les photos ci-dessus le confirment: un grand nombre de taches solaires visibles dans la photosphère, et des éruptions et des champs magnétiques très tordus au-dessus des taches dans la chromosphère.