La constellation d’Orion et le Grand G

Janvier et février, c’est la période idéale pour observer la belle constellation d’Orion avec sa silhouette humaine facilement identifiable. En dessous de sa ceinture de trois étoiles, dans son baudrier, se situe la magnifique nébuleuse M42, où de nouvelles étoiles sont en train de naître. Autour de la constellation, le « Grand G de l’hiver » qui lie les étoiles les plus brillantes du ciel à cette époque : Aldébaran, Capella, Castor, Pollux, Procyon, Sirius, Rigel, Bellatrix et Betelgeuse (Illustration: www.constellationsetgalaxies.org).

La Rosette, trésor de la Licorne

La nébuleuse de la Rosette – NGC 2237 – dans la constellation de la Licorne, entre Bétélgeuse et Procyon. La luminosité de La Rosette est bien trop faible pour que celle-ci soit vue à l’œil nu ou dans un petit télescope. Une longue pose a été nécessaire pour enregistrer avec précision tous les détails des nuages de gaz qui entourent les étoiles centrales brillantes, l’amas NGC 2244. Photo prise par Yoan à Saint-Gaudens en décembre 2021. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Le Soleil s’active

  

C’est la rentrée et notre Soleil a lui aussi repris son activité. Entre vent et nuages, Roland a dû faire preuve de beaucoup de patience pour capter les taches solaires visibles le 8 septembre. Cliquer sur les images pour les agrandir.

Pour mieux visualiser la chromosphère il faut augmenter la luminosité et le contraste de l’image, en utilisant un filtre H-alpha. Une fine bande rouge cernant l’astre se dessine; située entre la photosphère et la couronne du soleil, elle est composée essentiellement d’ions d’hydrogène.

La surface de l’étoile varie de façon périodique, avec un maximum tous les 11 ans. Le prochain maximum de l’activité solaire est attendu dans quatre ans, vers le mois de juillet 2025. Notre site contient maintenant une fenêtre (‘widget’) qui montre l’activité en cours du Soleil.

La Voie Lactée en ‘time-laps’

Bien que la Voie Lactée soit visible presque toute l’année, la partie la plus dense, située dans la constellation du Sagittaire, où se trouve le centre de notre galaxie – n’est visible qu’à partir de la mi-avril en fin de nuit, jusqu’à mi-septembre en début de nuit. Avant qu’il ne soit trop tard, Yoan a réussi à capter cette beauté en faisant ce qu’on appelle une ‘time-lapse’. En utilisant un objectif grand champ de 14mm avec son appareil photo reflex, fixé sur un trépied, il a programmé son appareil pour qu’il prenne une photo de 20 secondes de pose chaque 30 secondes pendant plus de 3 heures. Au total 400 photos qu’il a ensuite utilisées pour produire, à l’aide du logiciel Adobe Lightroom, la vidéo ci-dessus.

Comme le texte l’indique, c’était seulement son deuxième essai. Le premier, qui est aussi disponible sur YouTube, est plus sombre car il avait choisi des poses de seulement 10 secondes.

Au cours de la vidéo, Saturne et Jupiter font leur entrée. À vous de les identifier!