Archives de catégorie : Uncategorized

La comète C/2017-T2 et l’astéroïde Vesta

Pendant la soirée d’observation du 19 novembre, Roland nous a montré, sur l’écran connecté à son télescope et son astrocaméra, deux petits objets qui circulent dans notre système solaire:  la comète C/2017-T2 Panstarrs et l’astéroïde Vesta.

la comète
La photo prise par Roland couvre un champ de 28×19 minutes d’arc du ciel. On y voit la comète au centre comme une boule grise, un halo, sans queue. Cliquer sur la photo pour l’agrandir.

La comète se trouve pour le moment dans la constellation du Cocher, proche de l’étoile Capella (alpha). Elle a été découverte en 2017 par le projet Panstarrs (Panoramic Survey Telescope And Rapid Response System) qui assure une surveillance systématique de l’ensemble du ciel visible depuis Hawaï pour découvrir des événements très variés, comme des explosions d’étoiles ou des astéroïdes dans notre propre système solaire.

La carte ci-dessus montre la position de la comète dans la constellation du Cocher (source: theskylive.com). Ci-dessous, le petit rectangle rouge montre la taille et la position de la photo de la comète prise par Roland le 19 novembre (source: Carte du Ciel).

Le 12 novembre, l’astéroïde Vesta a été en opposition, c’est à dire à l’opposé du Soleil par rapport à la Terre. Par conséquent  il présente pour le moment une plus grande surface éclairée par les rayons du Soleil, et il est, de ce fait, plus lumineux qu’à l’accoutumée. C’est donc la meilleure période pour tenter l’observation, ce qu’a fait Roland avec succès.

Sur la photo de Roland, la flèche montre Vesta au centre. L’astéroïde se trouve en novembre dans la constellation de la Baleine avec une magnitude d’environ 6.6. En haut à droite, à un demi-degré de Vesta, l’étoile HD 19525 de magnitude 6.3. Cliquer sur la photo pour l’agrandir.

Avec un diamètre moyen d’environ 530 km, Vesta est le deuxième plus gros astéroïde (après Cérès), découvert par Heinrich Olbers en 1807.

Quatre jours avant la pleine Lune

Mardi 16 avril 2019 le ciel s’est dégagé juste avant la réunion du Club à 21 heures. Pendant deux heures, nous avons pu observer quelques merveilles sur la Lune, en particulier la Vallée de Schröter et le cratère Aristarque (2). La vallée est une rivière de lave sinueuse issue d’un cratère irrégulier en forme de tête de cobra. Quant à l’Aristarque – aussi appelé le Phare de la Lune – il est connu comme le point le plus brillant de notre satellite autour et pendant la pleine lune.

Vers le Sud, le cratère Schiller (7), pas circulaire comme tous les autres cratères, mais allongé. Mais en vérité il s’agit d’une fusion de deux ou plusieurs cratères.

En ce qui concerne les dimensions, Aristarque (2) mesure 40 km de diamètre, Copernicus (3) 93 km, Kepler (4) 31 km, Gassendi (5) 110 km et Tycho (6) 86 km.

Photo prise par Tore avec un Canon reflex monté sur le télescope Meade 12″.

La bague de fiançailles

Avec les jumelles, Jean-Louis a pu observer cette jolie configuration de 10 étoiles, évoquée dans le livre Le ciel aux jumelles de Bertrand d’Armagnac. L’étoile principale est la célèbre étoile polaire (Polaris) de la constellation la Petite Ourse.  Cet astérisme s’appelle La bague de fiançailles. L’illustration, faite avec le logiciel gratuit Stellarium (en ajoutant les pointillés avec Photoshop), montre un champ de vue de 7 degrés, ce qui correspond, plus ou moins, à ce qu’on voit avec des jumelles 7×50.